Maison Bénoni-Guay
Ville de Levis (Bergeron Gagnon inc.)

Adresse: 6015, rue Saint-Georges - Lévis
Arrondissement: Desjardins
Datation approximative: 1845
Type architectural: d'inspiration regency
Selon l'état actuel des recherches, la maison de Bénoni Guay, construite peu après 1841, serait l'une des plus anciennes habitations du Vieux-Lévis. La maison a une importante valeur d'usage puisqu'elle servait à l'origine de cabinet à un médecin de campagne. Son importance historique tient du fait que le Docteur Bénoni Guay, le premier propriétaire, joua un rôle de premier plan dans l'érection des premières grandes institutions telles que l'église Notre-Dame-de-la-Victoire et le Collège de Lévis. Les seconds propriétaires, un marchand important de Lévis, John Buchanan et son épouse Mary E. Greig, y habiteront par la suite avec leurs 13 enfants. Vers 1890, la maison est agrandie. Un corps secondaire est ajouté au carré initial. Cet ajout s'impose naturellement à la suite des importants besoins d'espace d'une grande famille. Un autre corps secondaire sera ajouté par la suite pour les mêmes raisons. En 1948-1950, des travaux de rénovation et de restauration sont effectués sous la direction de l'architecte Louis Carrier. Ces travaux ont pour conséquence l'ajout d'éléments de mobilier d'architecture, le déplacement de l'escalier vers l'arrière, l'ajout d'une cheminée, le déplacement de la porte secondaire vers l'arrière, l'enlèvement de la galerie couverte en latérale et la fermeture du porche. La maison Bénoni-Guay semble unique ce qui lui confère une importante valeur esthétique. De style Regency, elle se distingue par son appartenance au mouvement pittoresque. Ce cottage est si novateur qu'il ne peut qu'avoir été inspiré de modèles étrangers, vraisemblablement de la Nouvelle-Angleterre. Cela n'est pas surprenant puisque le médecin Bénoni Guay, au moment où il fait construire sa résidence, revient d'un long séjour de formation médicale à Boston alors que son épouse est originaire de cette ville. En outre, le jardin qui tient une place nécessaire dans les attributs du mouvement pittoresque a conservé toutes les qualités qui nous permettent d'apprécier la beauté de la propriété. Plusieurs bâtiments du genre de la maison Bénoni-Guay ont été construits un peu partout au Québec. Depuis une cinquantaine d'années, plusieurs d'entre eux ont été démolis, notamment en raison de la qualité de leur emplacement. La maison Bénoni-Guay, implantée au milieu d'un grand terrain aménagé, a su conserver son terrain d'origine. Parmi les cottages qui subsistent, rares sont ceux qui ont conservé le cadre paysager qui, généralement, entourait ce genre de bâtiment. La maison Bénoni-Guay doit sa rareté à sa forme particulière, aux prouesses de charpenterie de la toiture et à son ancienneté. Sa rareté vient aussi de la qualité de la documentation (actes notariés, plans d'architectes, photographies anciennes, rapport d'analyse, etc.) qui permet de retracer toutes les étapes de son histoire. Il est aussi rare que l'on puisse retracer aussi clairement l'origine des influences (tantôt américaines, tantôt Nouvelle-Angleterre, tantôt bostonniennes) d'une modeste habitation domestique.